Ligue 1 : qui est Arkadiusz Milik, le nouvel attaquant de l’OM ?

Arkadiusz Milik est le 5e avant-centre recruté par l'OM depuis le début de l'ère McCourt en 2016. / FLICKR

Arkadiusz Milik s’est engagé avec l’Olympique de Marseille le 21 janvier dernier en prêt de 18 mois avec option d’achat obligatoire. Le Polonais arrive en France dans une équipe à bout de forces, avec un statut de grand attaquant européen à assumer. Les supporteurs Marseillais et anciens du club semblent, presque tous, déjà conquis par son profil et ont hâte de découvrir leur nouvelle recrue.

Il a disputé ses premières minutes de jeu sous ses nouvelles couleurs samedi dernier à Monaco. Quelques jours auparavant, Arkadiusz Milik exposait un grand sourire lorsqu’il s’affichait pour la première fois avec son nouveau maillot, floqué du numéro 19. Le Polonais, qui fêtera ses 27 ans en février prochain, a signé à l’Olympique de Marseille après plus de 4 ans passés au SCC Naples, où il a gagné le seul trophée de sa carrière. Devenu un élément fantôme de l’effectif du Napoli, l’international aux 56 sélections a décidé de changer d’air et de quitter la Campanie.

En effet, le nouveau Marseillais était en conflit avec les dirigeants Napolitains depuis l’été dernier parce qu’il ne souhaitait pas prolonger son contrat. L’Olympique de Marseille investit alors huit millions d’euros plus quatre autres potentiels bonus pour s’offrir le natif de Tychy. Un montant que les dirigeants olympiens devraient verser à la fin du prêt, à l’été 2022.

« Le joueur parfait pour l’OM »

Les anciens du club ont étudié le profil d’Arkadiusz Milik quelques jours avant son arrivée. Fabrizio Ravanelli, Olympien de 1997 à 1999 était, lui, déjà très emballé par ce transfert. « C’est un grand. S’il vient, il fera la différence tout de suite, surtout dans les vingt derniers mètres. Il est très fort, il voit le but. C’est le joueur parfait pour l’OM », se livrait l’ancien attaquant Italien dans le journal La Provence, « Il a beaucoup de qualités, frappe du droit, du gauche, tire les coups francs… Il est aussi très bon de la tête ».

« Je suis très satisfait car nous avons pris un des meilleurs joueurs à son poste en Europe »

Pablo Longoria, directeur sportif de l’Olympique de Marseille sur le site officiel du club.

L’ancien buteur italien qui suit de près le football transalpin explique que le Polonais pourrait s’acclimater très vite à la cité phocéenne et aux exigences du club : « Il évoluait à Naples, une ville passionnée qui vit le football de la même manière que Marseille, où c’est également très chaud. Quand on connaît déjà un tel contexte, c’est évidemment plus facile ensuite de s’adapter ».

Une arrivée en pleine crise

Ce transfert, c’est peut-être comme une lueur d’espoir pour les Marseillais. Après une série noire de 4 défaites consécutives, le club olympien semble être au plus bas de son niveau. De quoi s’interroger sur la venue d’un joueur d’un tel talent. « L’OM n’a pas le jeu pour un attaquant comme lui, les cadres ne tiennent pas la route. Pourquoi le prendre alors qu’on sait qu’on peut mettre n’importe quel buteur dans cette équipe et que ça ne changera rien ? », s’inquiétait Marc Libbra, attaquant Marseillais dans les années 90, à La Provence, « Quand il va voir comment ça se passe, il va prendre peur et repartir en courant ». 

« C’est compliqué en ce moment mais ça fait partie du football. Après les moments difficiles, arrivent les moments heureux »

Arkadiusz Milik sur la chaîne YouTube de l’OM après sa signature au club.

« Sur un plan financier, on peut aussi se poser des questions : qu’est-ce qu’ils (les dirigeants marseillais, ndlr) veulent faire ? Couler le club à vie ? », s’interrogeait l’ex-consultant de la chaîne L’Équipe. Car oui, un attaquant de ce prestige demande forcément un salaire adéquat. Selon Téléfoot, Arek Milik devrait toucher 3 millions d’euros nets par an.

« Ils n’ont pas eu assez d’échecs avec Strootman, ou avec Payet qu’ils ont refait signer ? Ils amassent des mecs pour quoi faire ? Pour qu’on apprenne que dans six mois que le club est complètement sous l’eau ? (…) Il faut arrêter les conneries ! », continuait Marc Libbra.

Révélé aux Pays-Bas

Après avoir fait ses débuts en Pologne et brièvement joué en Allemagne, Arkadiusz Milik est définitivement transféré à l’Ajax Amsterdam en 2014, alors âgé de 20 ans. « Il s’est clairement révélé à l’Ajax », nous expliquait Cédric, fondateur du site Ajax en France créé en 2000. « Il est arrivé en prêt avec option d’achat. Il était complètement inconnu et donc accompagné d’un certain scepticisme. Au bout d’une saison, l’Ajax levait l’option d’achat pour une bouchée de pain. Et une saison plus tard, il devenait la plus grosse vente du club ».

« Milik reste plus dans les mémoires comme l’archétype de ‘la bonne affaire’ que par ses performances », ajoute le spécialiste du club néerlandais. « Ce n’est pas forcément en raison d’un manque de talent. Il n’est resté que 2 ans et a évolué dans une équipe un peu triste, qui n’a rien gagné et n’a fait aucun exploit. Mais ses statistiques ne sont pas usurpées ».

En effet, le Polonais avait inscrit 47 buts et offert 21 passes décisives lorsqu’il portait les couleurs du célèbre club hollandais.

« Il fut le premier attaquant véritablement convaincant depuis le départ de Luis Suarez 4 ans plus tôt », reconnaissait Cédric. « C’était un joueur assez complet et efficace, qui aurait, sans doute, encore brillé davantage dans une équipe un peu plus étincelante ».

« Il a tout pour se faire aimer des supporteurs »

« Arkadiusz Milik est un vrai numéro 9, un joueur de top niveau européen qui a déjà marqué beaucoup de buts », analysait Thierry Mode alias « Titi c’est toi le boss », fidèle supporteur Marseillais suivi par plus de 25 000 personnes sur Twitter, à Mediavenir

« Mais il ne faut pas oublier qu’il s’est fait les ligaments croisés… », continuait le passionné. Le Polonais s’était grièvement blessé au genou gauche puis droit, en 2016 et 2017. « J’ai cependant hâte de pouvoir retourner au stade Vélodrome pour le voir jouer et pour m’enflammer sur les buts qu’il marquera ».

« C’est le plus grand attaquant recruté à Marseille depuis l’arrivée de Frank McCourt (le propriétaire qui a investi plus de 200 millions d’euros depuis 2016, ndlr). C’est une opportunité qu’il ne fallait pas laisser passer. Un attaquant comme lui à ce tarif-là, on n’est pas prêt d’en retrouver un autre », insistait le fan réputé pour ses nombreux selfies postés avec les joueurs du club devant le centre d’entraînement.

« On sait comment ça se passe à Marseille. Si le joueur mouille le maillot, qu’il a la grinta et qu’il marque des buts… Il a tout pour se faire aimer et adorer par les supporteurs. Je pense que ça matchera entre le public du Vélodrome et lui », prédisait Thierry. « À lui de tout faire pour ! ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *