Que retenir de l’année cycliste 2020 ?

Echappée lors d'une étape du Tour de France 2020. Pixabay/jackmac34

Cette saison 2020 de cyclisme sur route a été comme tous les autres sports très perturbée en raison de la pandémie de Covid-19. Pourtant elle n’a pas été moins intéressante. Du Tour de France en août à la Vuelta en novembre, des surprises ainsi que des confirmations ont eu lieu. Retour sur cette année haute en couleur.

Tour de France 2020 : La bataille Slovène

Août 2020, après un confinement de plus deux mois, les coureurs sont autorisés à reprendre les compétitions. Pour beaucoup, ce retour rime avec la plus grande course cycliste par étapes du monde : Le Tour de France. Présenté comme le grand favori, Primoz Roglic souhaite s’imposer sur les routes de l’Hexagone. Déjà vainqueur de la Vuelta en 2019, il est loin d’être une révélation mais a su progresser au fil des années. Il passe d’un rouleur, à un spécialiste du contre la montre pour finalement devenir grimpeur. Avec son équipe surpuissante (Jumbo-Visma), il domine les 3 semaines de compétition. Premier au classement général au bout de 9 jours, il possède dès la 9ème étape plus de 20 secondes d’avance sur le tenant du titre Egan Bernal (Ineos Grenadier) et 44 secondes sur son compatriote Tadej Pogacar (UAE Team Emirats). Agé de seulement 21 ans, Pogacar, malgré ses récentes performances n’est pas présenté comme un grand favori. Mais l’équipe de Roglic, la Jumbo-Visma ne le considère pas comme un concurrent important et le laisse revenir au classement général lors d’une étape de montagne.

Pendant 2 semaines, le duo ne va plus se quitter, chacun attaque l’autre afin de gagner du temps, mais en vain. Les deux étapes avant la dernière sur les Champs-Elysées sont alors décisives. La première est la 17ème. Dans la dernière ascension du Col de la Loze, Primoz Roglic se montre bien plus performant et fait craquer Pogacar dans la dernière montée. Après une attaque sèche dans le dernier kilomètre, il récupère du temps et possède pratiquement 1 minute d’avance sur son dauphin. Avec un temps comme celui-ci, il est pratiquement impossible de lui voler la première place. Beaucoup commencent à féliciter Roglic pour sa victoire.

Très bon dans les contre-la-montre et ancien grand spécialiste, Roglic part une nouvelle fois favori au début de la 20ème étape. Mais Pogacar ne baisse pas les bras. Il débute le contre-la-montre avec la rage de vaincre et promet de tout donner dans la montée de la Planche des Belles Filles. Promesse tenue ! Avant même le début de l’ascension finale, il récupère pratiquement 50 secondes sur son compatriote. Le Maillot Jaune de Primoz Roglic ne tient plus qu’à un fil. Mais personne n’aurait pu imaginer la vitesse à laquelle Pogacar allait effectuer la montée. Il franchit la ligne en un temps record (16 minutes et 10 secondes) tandis que Roglic s’écroule. Le jeune Slovène récupère le Maillot Jaune la veille des Champs-Elysées avec 59 secondes d’avance. Le lendemain, il remporte son premier Tour de France et devient le second coureur le plus jeune à l’avoir gagné. De plus, il ne repart pas seulement en jaune. Il est également premier du classement par points de la montagne, et aussi meilleur jeune du Tour. Du côté de la Jumbo-Visma, la pilule ne passe pas, mais l’équipe compte bien se rattraper sur le Giro d’Italia. Quant à Roglic en personne, il espère gagner les championnats du monde à Imola en Italie pour se rassurer et montrer encore une fois de plus sa puissance.

Championnats du Monde : Julian Alaphilippe le patron

Durant une interview lors du Tour de France, Julian Alaphilippe avait annoncé que son objectif principal de la saison n’était pas le Maillot Jaune comme en 2019, mais bien les Championnats du Monde à Imola. Cette compétition est cochée, le Français veut gagner le titre de champion du monde à tout prix. Le 27 septembre, la stratégie de la France est de se faire oublier. Pendant plus de la moitié de la course, les bleus restent dans le peloton. A 70 kilomètres de l’arrivée, les tricolores Nans Peters et Quentin Pacher augmentent le rythme. La course est alors lancée. Peu à peu le peloton perd des effectifs. A 17 kilomètres, ils ne sont plus que 6 à se jouer la victoire dans la dernière ascension. C’est à ce moment précis, que Julian Alaphilippe lance son attaque à l’endroit qu’il souhaitait et lâche tous ses concurrents. Il atteint le sommet avec 10 secondes d’avance et une vraie course poursuite commence entre le Français et ses concurrents. Mais Julian est plus fort et résiste au retour de ses adversaires. 23 ans après Laurent Brochard, un Français renoue avec le titre de Champion du Monde. Julian Alaphilippe a réalisé une performance exceptionnelle, lui qui courait depuis plus de 3 ans après le Maillot arc-en-ciel, il en est enfin le porteur pour toute la saison 2021.

Giro d’Italia : Almeida, Geoghegan Hart, Hindley, la bataille du Maillot Rose

Vient le Tour d’Italie. Pour la première fois, cette course à étapes se déroule après le Tour de France. Cela a pour conséquence des changements d’objectifs pour les équipes. En effet, Ineos Grenadier veut absolument rattraper son échec au Tour de France avec l’abandon de Egan Bernal, et compte bien sur Geraint Thomas et Tao Geoghegan Hart pour remporter le Maillot Rose de premier au classement général. Du côté de la Jumbo Visma, la perte du Maillot Jaune lors de l’avant dernière étape du Tour de France est toujours difficile à oublier. Steven Kruijswijk est leur chance pour tenter de gagner un Grand Tour cette année.

Mais finalement, tout ne se passe pas comme prévu. Dès la seconde étape, le portugais Joao Almeida récupère la tunique Rose et ne compte pas la laisser aux adversaires. Ce coureur connu pour ses performances lors de petites courses, et repéré par la Deceunink-Quick Step il y a peu, a pour but de montrer qu’il peut être un coureur de premier plan. Connu pour être performant durant les contre-la-montre, il sait également gravir les montagnes. Mais personne n’imaginait avant ce Tour d’Italie, qu’il pouvait rester dans la roue des meilleurs et compter dans le classement général pour la victoire finale. Il sait probablement dès le début que le Maillot Rose va être difficile à tenir, mais pourtant, il se bagarre pour le garder.

Dans le même temps, les plans changent pour les deux équipes favorites. Geraint Thomas chute lourdement lors de la 4ème étape et abandonne. Quant à Steven Kruijswijk, il est atteint du Covid-19 et quitte lui aussi la course. La Jumbo Visma n’est donc plus en mesure de remporter la compétition. Lors de la 18ème étape, Almeida, à bout de force cède. Le maillot Rose revient à Wilco Kelderman mais celui-ci ne semble pas en mesure de remporter la compétition en raison de son craquage dans la dernière ascension. Son coéquipier Jai Hindley parait en meilleure condition physique. Lors de la 20ème étape et dernière de montagne, il récupère le Maillot Rose en arrivant deuxième de celle-ci derrière Tao Geoghegan Hart. Mais les deux se retrouvent à la même seconde au classement général, ce qui est très rare après 20 jours de course. Mais Geoghegan Hart est meilleur au contre-la-montre final et remporte le Giro d’Italia sans jamais avoir porté le Maillot Rose de toute la compétition. Le britannique offre une grande compétition à Ineos Grenadier. Il signe le premier Grand Tour de sa carrière, lui qui n’était au début du Tour d’Italie, que le coéquipier de Geraint Thomas. 

Tour d’Espagne : Roglic se rassure et fait son retour

Le Tour d’Espagne est perçu cette saison par beaucoup d’équipes et de coureurs comme le rattrapage de l’année. En effet, beaucoup souhaitent y participer pour tenter de finir la saison sur une bonne note après des échecs sur le reste des compétitions. Rapidement deux coureurs sont une fois de plus présentés comme favoris : Primoz Roglic (Jumbo-Visma) et Richard Carapaz (Ineos Grenadier). Les deux ont déjà un Grand Tour à leur actif. Pour le Slovène, il joue sa seconde victoire consécutive sur la Vuelta, tandis que Carapaz, veut réitérer l’exploit qu’il avait réalisé lors du Giro 2019. Dès la première étape, le duel est lancé. Roglic s’empare du Maillot Rouge de leader et règne en patron dans la descente menant à l’arrivée. Durant l’entièreté de la compétition, le Maillot Rouge va souvent changer d’épaules. Les deux favoris se marquent de près et ne se laissent pas prendre de temps. Entre la première et 13ème étape, le Maillot Rouge de leader change 5 fois d’épaules. Le Slovène se lance dans tous les sprints pour récupérer les bonifications afin de conforter son avance.

Lors de la dernière étape de montagne, le scénario est similaire au Tour de France, Roglic semble dans le mal et perd le contact avec Carapaz. L’équatorien semble pouvoir aller chercher la victoire de la Vuelta sur l’avant dernière étape. Mais c’est sans compter sur la Movistar qui joue les coéquipiers de Roglic et le ramène dans les temps. Finalement, Primoz Roglic remporte la Vuelta pour la deuxième année consécutive avec 24 secondes d’avance sur Richard Carapaz. Cette victoire est importante pour son moral et lui permet de clôturer la saison 2020 sur une bonne note, lui qui l’a pratiquement entièrement dominée.

La Jumbo Visma : Meilleure équipe de 2020

Comment parler de la saison de cyclisme 2020 sans évoquer la Jumbo Visma. Après plus de 7 ans de domination de la Sky (maintenant Ineos), la Jumbo Visma a montré qu’elle pouvait être une équipe puissante et même meilleure. Pendant le Tour de France et le Tour d’Espagne, l’armada Néerlandaise était tellement puissante qu’elle imposait tous les jours le tempo dans le peloton et dictait une bonne partie des courses et des étapes. Orientée autour de Primoz Roglic cette saison, la Jumbo Visma possède un roster très complet et qui peut répondre à toutes sortes d’exigences. Avec Tom Dumoulin en coéquipier de luxe lors du Tour de France, en passant par l’Américain Sepp Kuss, ces 3 coureurs sont à la fois puissants (ils peuvent tous les trois gagner un Grand Tour) mais aussi réguliers. Pourtant la Jumbo Visma ne possède pas que des grimpeurs, des rouleurs d’envergure sont aussi au cœur de l’équipe. Tony Martin, ou encore le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert. Chaque force individuelle a fait progresser l’équipe cette année. Celle-ci a passé un cap et détient sur l’année 2020 plus de 15 victoires d’étapes. La stratégie de l’équipe a su faire ses preuves durant les compétitions malgré l’échec au Tour de France. Cette erreur lors de la Grande Boucle a servi de leçon au collectif qui a su corriger le tir un mois plus tard lors de la Vuelta.

L’année 2021 promet. Avec deux équipes au sommet mondial, on peut s’attendre à des duels très intenses sur les routes des différentes compétitions. D’un côté se trouve Ineos Grenadier avec Bernal, Carapaz et Thomas. Et de l’autre, Jumbo-Visma avec Roglic, Dumoulin et Kruijswijk. Le retour des compétitions en février va permettre aux coureurs de se remettre en jambes en vue du Tour de France début juillet ou des Jeux Olympiques de Tokyo une semaine après le Tour. Dans l’avenir, nous apprendrons qui seront les absents et quels seront les objectifs de chaque équipe pour la saison 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *