DAZN : un nouveau venu qui vient jouer les trouble-fêtes

L’appel d’offres de la LFP sur les droits TV de la Ligue 1 et de la Ligue 2 s’est révélé infructueux. Canal+ et  beIN SPORTS avaient boycotté la consultation, avant que Maxime Saada récupère les droits, et ce sont des nouveaux venus qui avaient créent la surprise. La maison mère d’Eurosport, le groupe Discovery et Amazon ont misé sur la Ligue 1, mais c’est DAZN qui a joué les trouble-fêtes en postulant à la fois sur la Ligue 1 et la Ligue 2. Arrivée en France le 1er décembre 2020, la plateforme pourrait bien faire sensation à l’avenir en tirant leur épingle du jeu dans l’Hexagone.

Méconnu du grand public, ce sigle « DAZN » laisse perplexe. Avant de mettre un visage sur ces quatre lettres énigmatiques, tournons-nous vers sa prononciation. Phonétiquement cela se dit « Da Zone », et pour définir cette plateforme on utilise le terme de Netflix du sport. Fraîchement arrivée en France en décembre 2020, elle s’est immiscé, à la surprise de tous, lors de cet appel d’offres de la Ligue professionnelle de football (LFP) sur les droits TV de la Ligue 1 et de la Ligue 2. Si ce dernier s’est révélé infructueux, il y a fort à parier que les amateurs de sport réentendront très vite parler de ces quatre lettres, et même plus tôt que prévu.

Un service qui a fait ses preuves en Europe et ailleurs

Imaginez un monde plus simple. Exit Canal+, beIN SPORTS, RMC Sport, et toutes les offres qu’il faut pour suivre le foot européen, place à DAZN. Pour 10 euros par mois, à vous les compétitions européennes, les championnats nationaux, les rencontres internationales et même la NBA. C’est ce rêve qui vient de commencer chez nos voisins Européens en faisant leurs premiers pas dans le visionnage de match 2.0. DAZN diffuse de la Bundesliga et de la Ligue des Champions en Allemagne avec la chaîne SKY mais aussi en Italie et en Autriche. Pour le moment, la plateforme de streaming ne diffuse en France que de la boxe avec une offre à 1,99 euro par mois. Mais de l’autre côté du Rhin, la chaîne est populaire et diffuse auprès de 5 millions de foyers allemands. Avec une offre à 9,99 euros par mois en Allemagne, la plateforme propose deux chaînes DAZN1 et DAZN2 et a signé un partenariat avec l’opérateur téléphonique Vodafone. Très présente également en Amérique, la chaîne a obtenu les droits de grandes compétitions sportives comme la NFL, le championnat de football américain aux USA. 

Même si la plateforme est relativement jeune, elle est arrivée sur le marché avec de solides arguments. DAZN appartient à Access Industries, qui détient notamment Warner Music et Deezer. Géant de l’industrie de l’aluminium, ce groupe fondé par l’américano-britannique d’origine ukrainienne Leonard Blavatnik, en 1986, possède des branches dans bien des domaines. En 2013, il rachète Perform, qui détient notamment le groupe Opta Sports. Dès lors, Blavatnik a un pied dans le monde du sport et a accès à des millions de statistiques. Trois ans plus tard, quand il confie les rênes de sa nouvelle acquisition à Simon Denyer, ce dernier choisit d’appliquer cette même politique des chiffres. Pour aller chercher sa clientèle, il faut la cibler. Grâce à des algorithmes plus complexes les uns que les autres, la plateforme DAZN met en avant un contenu précis à un moment précis, pour toucher le client et augmenter ses chances d’avoir un nouvel abonné.

Une ambition internationale

Il faut rappeler qu’à l’heure actuelle DAZN s’est lancé dans des pays où le marché était relativement ouvert. En France, c’est l’opposé avec quatre géants qui se partagent la diffusion du football. De plus elle a été affaiblie par la crise sanitaire, et bien que souvent présenté comme un géant de demain dans la diffusion sportive, DAZN n’en reste pas moins un nouveau venu dans un secteur extrêmement concurrentiel. Difficile donc de se faire une place et de décrocher les droits TV des grandes compétitions, ce qui explique que DAZN y aille petit à petit, après avoir fait son trou via la boxe. Pour s’étendre, la plateforme OTT 100% sport a lancé une phase d’expansion mondiale. De 10 pays fin 2020, la firme veut grimper à 200 à terme.

De là à voir DAZN débarquer sur le marché du football français ? Pas sûr, mais pourquoi pas. Toutefois, pour Pierre Maes, si la plateforme DAZN remplit ses caisses, elle pourrait s’implanter durablement sur le Vieux Continent : « Ils pourraient avoir une durabilité dans ce rôle de challenger, parce que les groupes dominants comme Canal en France, ou Sky à l’étranger, ça les arrange bien d’avoir un concurrent qui ne leur fait pas peur, mais qui suffit à calmer les autorités de la concurrence. Ça arrangerait bien Canal+ d’avoir un challenger comme DAZN », assure le spécialiste à France TV, qui connaît bien la chaîne cryptée pour y avoir travaillé plusieurs années. Mais malgré ses ambitions dévorantes, DAZN reste « une société fragile » selon plusieurs spécialistes du secteur. Le confinement et l’arrêt des compétitions, ont fragilisé son modèle économique. Le Daily Telegraph évoquait plus d’un milliard de pertes (1,6 milliard d’euros exactement) en 2019. Par ailleurs son richissime propriétaire a toujours bouché les trous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *