Après son départ du gouvernement, que devient Edouard Philippe ?

Édouard Philippe, maire du Havre et ancien Premier ministre. Jacques Paquier

Locataire de Matignon pendant plus de 3 ans, Edouard Philippe a fait le 16 septembre à Octeville-Sur-Mer sa première apparition publique depuis son départ du gouvernement. Lors d’une réunion de soutien à Agnès Canayer, candidate LR à sa réélection au Sénat, l’ancien Premier ministre a appelé au « rassemblement » avant des « temps difficiles ». Tour d’horizon de sa conférence en Seine Maritime.

Edouard Philippe alerte face à une « tempête économique et sanitaire »

Le 3 juillet dernier, Edouard Philippe cédait sa place de chef du gouvernement à Jean Castex, en pleine crise sanitaire et alors que sa côte de popularité n’avait jamais été aussi haute. Après avoir repris sa casquette de maire du Havre, Edouard Philippe a disparu des radars politiques. Mais lors de son déplacement à Octeville-Sur-Mer, l’ancien chef du gouvernement a bel et bien montré qu’il a l’intention de faire entendre sa voix.

Devant environ 200 personnes, Philippe a mis en garde les Français face à une nouvelle période compliquée et prédit une « tempête économique, une tempête sanitaire […] et peut-être une tempête sociale et politique « . Le maire du Havre a appelé au « rassemblement », et aux « esprits calmes, ouverts et pondérés » pour faire face à ces « temps difficiles ». L’ancien Premier ministre évoque une « très forte bourrasque », lui qui a du faire face au mouvement social des gilets jaunes, aux contestations contre la réforme des retraites et à la première vague de l’épidémie de la COVID-19. Il incite ainsi les « femmes et les hommes de bonne volonté », à rester très soudés et à « travailler ensemble ».

Le tacle aux Républicains de l’ancien Premier ministre

Présent en Seine Maritime pour apporter son soutien à Agnès Canayer, candidate LR à sa réélection au Sénat, l’ex-Premier ministre en a profité pour tacler son ancienne formation politique. Son soutien à la sénatrice sortante ne serait pas dû à son étiquette politique, lui qui est « insensible aux logiques partisanes » mais par « adhésion à la personne, ce qu’elle fait, ce qu’elle comprend ».

L’ancien chef du gouvernement affirme se sentir « mieux » en dehors des Républicains, déclarant également avoir « été exclu » de ce parti car il avait « fait le choix d’accepter la proposition du Président de la République et de diriger un gouvernement qui voulait réduire le déficit, réformer l’assurance chômage, augmenter le budget de la défense et réformer la SNCF… »

Vers un retour dans le privé

L’ancien Premier ministre va prochainement être proposé comme administrateur indépendant du groupe informatique Atos, selon un communiqué de l’entreprise de transformation numérique : « Le conseil d’administration d’Atos SE, qui s’est réuni le 14 Septembre 2020, proposera la candidature de M. Edouard Philippe, maire du Havre et ancien Premier ministre, en qualité d’administrateur, lors de l’assemblée générale qui se tiendra le 27 Octobre prochain. » Cela marquerait un retour dans le privé pour l’ex-Premier ministre, qui a déjà été lobbyiste chez Areva de 2007 à 2010.

Concernant la politique, Edouard Philippe s’est rendu le 23 septembre dans l’Eure pour soutenir son ancien ministre Sébastien Lecornu aux élections sénatoriales. Il s’est également déplacé le 25 à Angers à l’occasion de la République des Maires. L’ancien chef du gouvernement compte donc bien faire entendre sa voix dans le paysage politique français.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *