Islamisme radical : l’exécutif veut passer à la vitesse supérieure

Samaël Hillél Ben Sháhar/FLICKR

Après l’attaque terroriste contre Samuel Paty vendredi qui a ému tout le pays, le Président de la République devrait annoncer des actes forts contre l’islamisme radical pour tenter de rassurer les Français.

Emmanuel Macron s’était déjà prononcé sur la question sensible de la laïcité il y a deux semaines depuis Les Mureaux. Le chef de l’État avait donné les contours de la loi sur le séparatisme qui sera présentée en décembre prochain. Pourtant, comme si celle-ci était dépassée, le Président devrait repenser entièrement le projet dans les prochaines semaines. La France est sous le choc depuis la mort de Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie assassiné par un terroriste islamiste le week-end dernier. Nombreux sont ceux qui dénoncent l’emprise de l’islamisme radical sur la société.

La mémoire de Samuel Paty sera célébrée ce mercredi soir dans la cour de Sorbonne en présence d’Emmanuel Macron, de la famille et de professeurs souhaitant lui rendre hommage. Les proches de la victime ont été reçus ce lundi par le chef de l’État qui leur a annoncé que Samuel Paty recevra la légion d’honneur à titre posthume, ce qu’a confirmé Jean-Michel Blanquer sur BFMTV. Le Président prononcera demain un discours pour honorer les «serviteurs de la République».

Des annonces fortes contre l’islamisme

Macron souhaite par ailleurs durcir le projet de loi pour montrer des actes forts et un combat engagé contre l’islamisme radical. Depuis dimanche, le chef de l’État l’affirme, «la peur va changer de camp, les islamistes ne doivent pas pouvoir dormir tranquilles dans notre pays». Et dès le lendemain, Gérard Darmanin a ordonné des opérations de police contre plusieurs «dizaines d’individus» de la mouvance islamiste pour ne leur laisser «aucun répit».

Le ministre de l’Intérieur qui a depuis annoncé également la dissolution d’une cinquantaine d’associations hostiles à la République. Parmi elles, BarakaCity ou le Collectif contre l’islamophobie en France. Des dissolutions qui s’accompagnent de la fermeture de la mosquée de Pantin, qui avait relayé une vidéo dénonçant le cours de Samuel Paty. Gérard Darmanin, lundi soir sur TF1, a fixé le cap : «Faire que la sidération change de camp. Le but de ces opérations, c’est d’intimider ceux qui essayent de nous intimider».

Déjà une réponse concrète ?

C’est donc le moment pour l’exécutif de prouver qu’il entend les craintes des Français et qu’il souhaite prendre des mesures fortes avec une réponse ferme et radicale. À l’Élysée on assure que «des mesures d’enrichissement et d’approfondissement sont en train d’être étudiées». Retirer la garde d’enfants aux parents fondamentalistes par exemple, comme le souhaite le député LREM Ludovic Mendes ou donner plus de moyens au Ministère de l’Intérieur.

Cet après-midi devant l’Assemblée Nationale, Jean Castex a lancé une autre proposition : créer un nouveau «délit de mise en danger» sur Internet. Le Premier Ministre a assuré que «c’est parce qu’il a été désigné par les réseaux sociaux que Samuel Paty a été assassiné». Déjà lundi, Marlène Schiappa avait présidé une réunion avec les forces de l’ordre pour renforcer la lutte contre «le cyberislamisme» et convoqué les représentants français des principaux réseaux sociaux.

De son côté, Gérald Darmanin annonce vouloir expulser 231 étrangers fichés S en situation irrégulière. Le travail est colossal pour l’exécutif et le dossier est complexe mais Emmanuel Macron va devoir s’en charger, avant que ses opposants ne le fassent pour lui.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *