OUT NOW. EPISODE #8 : Amy Winehouse – Back To Black

Amy Winehouse dans "Back To Black" - Capture d'écran YouTube

Pas de sorties musicales cette semaine, nous vous proposons donc de faire un retour en arrière et parler d’un album qui en a marqué plus d’un parmi nous : Back To Black (2007) de Amy Winehouse. Décédée très jeune, l’Anglaise aura malgré tout battu des records avec ce second et dernier album. Analyse d’un succès planétaire d’une artiste qui avait encore toute la vie et le succès devant elle.  

Dans quelques mois, cela fera 10 ans qu’Amy Winehouse nous a quitté laissant une courte mais phénoménale carrière derrière elle. Son plus gros succès, l’album Back To Black, a marqué le monde de la musique et inspiré de nombreuses chanteuses après elle comme Lana Del Rey ou encore Adèle. Malheureusement, il marque également le début de la fin pour le jeune prodige qui ne se remettra jamais des blessures qu’elle évoque dans ses morceaux.

Une diva victime de ses démons

Sa voix rauque, ses paroles intransigeantes envers elle-même, son trait d’eye-liner et ses tatouages iconiques ont fait d’elle une star à travers les générations. Elle débute très jeune dans la musique. C’est à 18 ans qu’Amy Winehouse signe avec le label Island Records (Universal) et produit son premier album, Frank (2003), un an plus tard. Il faudra attendre 2007 pour l’album qui la projettera sur le devant de la scène internationale : Back To Black

Grande féministe, la chanteuse revendique souvent l’émancipation de la femme. Elle n’a pas peur d’aborder les sujets jugés tabous et parle de ses relations, ses addictions et ses troubles mentaux, comme la bipolarité.

Amy Winehouse dans « Rehab » – Capture d’écran YouTube

Le 23 juillet 2011, le rêve s’arrête pour Amy Winehouse. La chanteuse est retrouvée morte chez elle et l’autopsie révèle une mort accidentelle liée à une surdose d’alcool. Après 3 semaines de sobriété, Winehouse a succombé à son addiction contre laquelle elle se battait depuis longtemps et cette rechute lui a été fatale. Morte à 27 ans, elle rejoint le “club des 27” composé de l’ensemble des artistes morts à 27 ans (comme Jimi Hendrix, Janis Joplin ou encore Kurt Cobain). 

Les hommages se succèdent pour cette jeune femme qui a marqué l’histoire de la musique en deux albums, qui en faisait rêver plus d’une, représentait des femmes souvent oubliées ou jugées “pas assez féminines” et avait peut-être besoin de plus d’aide qu’on ne lui en a fourni, d’un ami, d’un coup de main. 

Un album tristement célèbre

Back To Black est rempli de sonorités des chansons des années 60, couvertes par la magnifique voix d’Amy Winehouse, la diva du soul. Cet album est entré dans l’histoire comme celui dans lequel la chanteuse a le plus extériorisé la noirceur de son esprit. Il s’agit de la meilleure production de Winehouse et également sa triste lettre de détresse, car, après cela, elle sombrera. Dans la majorité des titres, elle crie son amour pour l’homme de sa vie, Blake Fielder, celui qui l’a faite tomber dans la drogue, l’a rendue accro à lui et l’a finalement quitté.

Dans Back To Black, Amy Winehouse chante de sa voix fatiguée et abattue son immense douleur. C’est aussi une tentative pour elle de faire un appel au secours, notamment dans la chanson Rehab où elle prétend ne pas vouloir se faire aider pour son addiction à la drogue. Elle y évoque rapidement la négligence de son père face à cela « My daddy thinks I’m fine/Mon père trouve que je vais bien » (père qui l’exploitera jusqu’à la fin).

Amy Winehouse dans le clip de Back to Black – Capture d’écran YouTube

Analyse des titres

Rehab

L’ironie de ce morceau est très forte. Résumer Rehab en une phrase ? Une confession de ses addictions les plus sombres et un refus de toute aide à ce sujet : « They tried to make me go to rehab, but I said no, no, no/Ils ont essayé de m’emmener en désintoxication, mais j’ai dit non, non, non ». Le titre devient rapidement un tube mondial et remportera le Grammy Award de la chanson de l’année en 2007.

Un morceau encore une fois légendaire par l’artiste alors âgée de 23 ans. Elle y avoue son addiction, ce que son entourage lui reproche, lui conseille de faire et elle annonce également qu’elle ne se fera pas soigner. Elle mentionne l’opinion de son père sur toute cette histoire d’addiction avec : « And my daddy thinks I’m fine/Et mon père trouve que je vais bien ». Pour lui, sa fille se porte bien et elle nous le dit comme si c’était LA raison valable pour ne pas se faire soigner. Finalement, son père sera longtemps jugé comme une des raisons du mal-être d’Amy Winehouse et sera accusé d’avoir exploité sa propre fille tout en connaissant ses différentes faiblesses.

« I don’t ever want to drink again, I just need a friend /

Je ne veux plus jamais boire, j’ai juste besoin d’un ami” 

Amy Winehouse – Rehab

En connaissant les circonstances de la mort de la chanteuse, ces paroles font mal. Le rythme dansant est en contradiction avec les paroles et nous fait presque oublier l’aspect sombre du morceau, et des productions d’Amy Winehouse en général.

Back To Black

Cette chanson, Amy l’a écrite alors qu’elle était au plus bas, brisée par la perte de l’homme de sa vie. C’est en un quart d’heure, complètement soûle et affalée sur un canapé du bar de son ami Sam Checker, qu’Amy Winehouse écrit Back to Black. « You go back to her and I go back to black/Tu repars vers elle et moi je retourne dans les ténèbres ». Ces paroles qui feront le succès de la chanteuse, marqueront également le début de sa descente aux enfers.

Perdue, l’ombre d’elle même, Amy se voit mourir sans Blake : « We only said goodbye with words, I died a hundred times/Nous nous sommes dit au revoir seulement avec des mots, Je suis morte une centaine de fois ». 

Le clip de Back To Black est à l’image de la chanson : en noir et blanc. Amy s’y met en scène en veuve noire sans enterrer un cercueil mais une simple petite boite. Probablement le symbole de son cœur brisé qui ne pourra plus jamais aimer après Blake.

Ce titre phénomène aimé par le monde entier sera pourtant celui qu’Amy détestera le plus chanter. A chaque performance de Back To Black, la jeune femme continuera de retourner de plus en plus dans ses ténèbres comme elle le dit si bien dans la chanson.

Tears Dry On Their Own

« He walks away, the sun goes down/Il s’en va, le soleil se couche » : Tears Dry On Their Own est une nouvelle chanson pour Blake Fielder, son ex petit ami. Cette rupture semble être un des éléments les plus marquants et traumatisants pour la jeune femme qui voit Blake comme sa drogue la plus forte, et, sans lui, elle se tourne vers les autres.

La chanson garde un rythme assez rapide, presque heureux tout en nous présentant des paroles sombres et crues : la spécialité d’Amy Winehouse. Elle présente un souhait d’indépendance :« I should just be my own best friend, not fuck myself in the head with stupid men/Je devrais être ma propre meilleure amie, ne pas m’embrouiller l’esprit avec des hommes stupides ». Mais malgré cette phrase, son amour-propre et sa confiance en elle, elle continue de baisser sa garde face à l’amour de sa vie. Fielder et Winehouse se marient en 2007, quelques mois après la sortie et le succès de Back To Black, mais se sépareront à nouveau 2 ans plus tard.

Wake Up Alone

Sur des airs de chansons de films romantiques des années 60, Amy Winehouse chante un quotidien écrasant dans Wake Up Alone. Toujours brisée par sa rupture avec Blake, elle raconte le contenu de ses journées monotones : « Run around just so I don’t have to think about, thinking/Tourner en rond pour ne pas avoir à penser, en pensant ».

La jeune femme évoque également l’alcool qu’elle tente d’éviter pour ne pas sombrer encore plus : « I stay up, clean the house, at least I’m not drinking/Je reste debout, range la maison, au moins je ne bois pas ». Sa douleur, à laquelle elle ne peut échapper, semble la tuer petit à petit : « The dark covers me, and I cannot run now, my blood running cold/Les ténèbres me recouvre et je ne peut plus courir maintenant, mon sang est froid ».

Amy Winehouse a souvent été représentée comme une diva rebelle, narcissique, l’opposé de « la femme parfaite » à cause de son apparence, ses paroles et les sujets qu’elle abordait. Mais, dans le monde entier, elle est surtout rappelée comme une femme forte, qui en a aidé et inspiré tant d’autres et qui a souffert de ses addictions, de son entourage et cette célébrité soudaine. Avec deux albums, Amy Winehouse reste dans l’histoire comme une icône et une âme incomprise.

Chronique par Chloé Couly et Lina Labiad.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *