OUT NOW. EPISODE #3 : Miley Cyrus – Plastic Hearts

Miley Cyrus dans "Midnight Sky" - Capture d'écran YouTube

Septième album studio pour Miley Cyrus. Plastic Hearts, sorti le 27 novembre, se veut être un hommage aux icônes rock, punk et country qui ont inspiré la jeune femme toute sa vie. L’album est porté par le single Prisoner, en featuring avec Dua Lipa. Analyse de la version rock de Miley Cyrus.

Un album pour remonter le temps

Avec Plastic Hearts, Miley Cyrus revient à son premier amour, le Rock. Si par le passé elle a essayé plusieurs styles très différents, ici c’est un concentré de tous qui nous est offert. On y trouve le style rock de ses débuts mais aussi le côté provocateur bien connu de l’ère Bangerz. Après une tentative à la musique country avec Younger Now, la chanteuse semble avoir enfin trouvé sa force musicale. La petite touche qu’elle ajoute cette fois c’est les références disco, que ce soit dans les sonorités ou le clip de Midnight Sky, le style musical dominant des seventies est omniprésent.

Miley Cyrus dans « Midnight Sky » – Capture d’écran YouTube

L’année 2020 signifie le retour des années 80-90 chez beaucoup d’artistes comme The Weeknd ou Dua Lipa, et Miley Cyrus n’a pas fait l’impasse sur cette tendance. La pochette de l’album est très simple, du rose fluo et du noir avec un effet de plastique plissé pour rappeler l’emballage des pochettes de vinyle.

L’album est composé de beaucoup de sons synthé et Rock disco, sans oublier les deux reprises des groupes The Cranberries et Blondie qui ont fait revivre des chansons qui ont marqué plus d’une génération.

“J’étais née pour faire cet album” déclare Miley Cyrus sur Instagram le jour de la sortie de Plastic Hearts, l’album. Le titre éponyme de l’album reste un des plus impressionnants : avec un rythme dansant à la Party In The U.S.A. et des paroles similaires au reste des morceaux de l’album, Plastic Hearts, la chanson, semble rassembler toutes les versions musicales de la chanteuse.

Miley Cyrus se dépasse sur chaque titre de ce nouvel album au point où chacun d’entre eux mériterait d’être un single avec un clip digne de ce nom et on a hâte d’entendre tous ces bijoux en concert.

Le duo Lipa / Cyrus

Qui d’autre que Dua Lipa pour faire un single vintage ? Elle qui nous a offert en début d’année l’incroyable Future Nostalgia aux sonorités disco. Ce duo insoupçonné marche incroyablement bien, il y a une réelle alchimie entre ces deux artistes. Elles nous emportent totalement avec elles dans leur folle nuit. La chanson parle de relation toxique ou l’une des deux personnes se sent prisonnière de l’autre « Prisoner, prisoner, locked up, can’t get you off my mind / Prisonnière, prisonnière, enfermée, je n’arrive pas à te sortir de mon esprit. »

Le clip sensuel et sanglant regorge d’effets spéciaux kitsch digne des clips des années 80 et pourtant ça rend très bien.

Entre la douceur de Dua Lipa, nominée 6 fois aux Grammys 2021 et la voix rauque de l’ancienne star de Disney, le single est dévoilé avec un clip hard et aussi badass que les paroles : « Why can’t you, why can’t you just let me go ? / Pourquoi, pourquoi est-ce que tu ne peux pas me laisser m’en aller ? »

Prisoner, c’est un hit dansant de femmes indépendantes et c’est aussi un équilibre parfait entre les deux chanteuses pop qui apportent chacune leur pierre à l’édifice sans qu’aucune n’écrase l’autre par sa performance.

Analyse des titres 

WTF Do I Know 

WTF Do I know, ou la meilleure façon de débuter cet album pour Miley Cyrus.  Un morceau à hurler en concert (quand la pandémie nous laissera y retourner) qui annonce d’emblée l’ambiance de Plastic Hearts : ce n’est pas la Miley des années 2000. Ce morceau est entièrement porté par la voix de la chanteuse cependant qui offre une performance vocale hors du commun. Une voix encore assez sous-estimée dans le milieu.

Avec ce morceau, on sent que Miley a trouvé son style, sa voie musicale et que cet album s’annonce être le plus (sinon un des plus) productif et impressionnant de sa carrière.

« You want an apology ? Not from me / Vous voulez des excuses ? Pas de ma part. » Une authenticité sans pareil est ressentie dans WTF Do I Know, elle ne s’excuse pas pour qui elle est, ce qu’elle ressent ou ce qu’elle fait.

“I’m completely naked but I’m making it fashion / Je suis complètement nue mais je le rends stylé”. Faisant référence aux critiques qu’elle reçoit dès qu’elle s’affiche dénudée, notamment après son clip Wrecking Ball en 2013.

WTF Do I Know est un morceau revigorant qui pousse à faire ce qu’on veut, sans s’inquiéter du regard ou jugement des autres. Dans cet album, Miley Cyrus ne tente plus de satisfaire tel ou tel public mais de faire ce qui lui plaît le plus, on le ressent et cela ne rend que meilleure l’écoute de Plastic Hearts.

Midnight Sky

Avec Midnight Sky qui est aussi le premier titre de l’album à nous avoir été dévoilé, Miley Cyrus clame son indépendance et son émancipation en tant que femme libre. Elle dit ne pas avoir besoin de quelqu’un dans sa vie pour avancer : « I was born to run, I don’t belong to anyone, I don’t need to be loved by you / Je suis née pour courir, je n’appartiens à personne, je n’ai pas besoin d’être aimée par toi. »

Sur un rythme entraînant elle assume sa fierté de s’amuser après être sortie d’une relation difficile : « See my lips on her mouth, everybody’s talkin’ now, baby / Regarde mes lèvres sur sa bouche, tout le monde parle maintenant, bébé. »

Que dire du clip ? C’est du Miley Cyrus, sexy, provocatrice mais avec des touches de couleurs. On y retrouve les influences des plus grands comme Madonna, Lady Gaga ou encore David Bowie.

Angels Like You 

Une ode à ses anciens partenaires auprès desquels elle prend la responsabilité pour leur rupture. Angels Like You est une introspection sans retenue ni pitié que la chanteuse dévoile aux yeux (ou oreilles) de tous. Miley Cyrus liste ses mauvais côtés, se blâme pour les échecs de ses relations précédentes, avoue ses défauts et problèmes. En nous donnant l’impression de comprendre son cœur jusqu’au battement le plus profond, la jeune femme nous laisse entrer dans son esprit le temps d’un morceau et ses mots résonnent fort en nous.  

“I’m everything they said I would be / Je suis tout ce qu’ils ont dit que je serais” nous renvoie aux critiques auxquelles la chanteuse a dû faire face après avoir quitté son rôle de popstar mignonne de Disneychannel, après son expérience avec la drogue mais aussi après sa rupture avec Liam Hemsworth.

Angels Like You est une chanson qui résonne, une chanson qui fait mal et qui fait réfléchir. Une chanson avec une authenticité forte. Le résultat de tant de douleur et d’une lassitude à sans cesse porter un masque pour cacher ses émotions transformées en art.

High

High est un journal intime pour la chanteuse, elle s’y livre sur ses démons les plus profonds. Miley Cyrus avoue avoir parfois des comportements autodestructeurs, nous lui connaissons effectivement un lourd passé avec les drogues en tous genres « Sometimes I get a little too hurt, got my mind goin’ places it ain’t wanna go, sometimes I get a little too low, and I can’t see myself through the fire and smoke / Parfois je suis un peu trop blessée, j’amène mon esprit à des endroits où il ne veut pas être, parfois je tombe un peu trop bas et je n’arrive pas à me voir traverser le feu et la fumée. »

Bien que dans des titres comme Midnight Sky la jeune femme dit s’être émancipée de toute relation toxique, dans High elle semble évoquer une partie d’elle encore attachée à quelqu’un qu’elle préfèrerait oublier « And you, like a Rolling Stone, always buildin’ cities on the hearts that you broke / Et toi comme une pierre qui roule, construisant toujours plus de villes dans les cœurs que tu détruis. »

Cette chanson est une vraie ode à la souffrance et la détresse qu’éprouve la chanteuse. Si la majorité de son album traite de la force dont elle fait preuve aujourd’hui, avec ce titre elle assume le fait d’être malheureuse parfois et de se laisser aller « And I don’t miss you but I think about you and I don’t know why, I still feel high, I still feel high / Et tu ne me manques pas mais je pense toujours à toi et je ne sais pas pourquoi, je sens encore que je plane, je sens encore que je plane. »

Les Reprises

Heart of Glass

Le petit bijou de cet album est la reprise d’Heart of glass du groupe phare des années 80, Blondie. La voix rauque et cassée de Miley Cyrus marque un gros contraste avec celle de la chanteuse d’origine Debby Harry, ce qui nous offre un moment de nostalgie intense avec une touche de renouveau. Elle semble être en transe tout comme nous après une première écoute de ce titre qui n’a pas vieilli. Elle pousse sa voix à bout et c’est réellement avec cette chanson que l’on se rend compte de quoi elle est capable.

Zombie

Miley Cyrus et Zombie de The Cranberries. Un très gros risque pris par la chanteuse qui décide de reprendre ce morceau phare qui ne vieillit pas. Cependant, elle parvient à monter à un niveau que peu de reprises atteignent.

La voix de la chanteuse de 27 ans semble être faite pour ce morceau phare des années 90. Elle propose avec cette reprise un merveilleux hommage à Dolores O’Riordan et le reste du groupe irlandais. Encore loin de la qualité du morceau original bien évidemment, la jeune femme ne se débrouille pas trop mal malgré tout et propose une performance digne de Zombie.

Une voix rauque et authentique accompagnée de guitaristes impressionnants, c’est la recette de Miley Cyrus pour ravir les fans du groupe, du genre et du morceau intragénérationnel. 

Entre reprises et morceaux intimes, Miley Cyrus propose l’album dans lequel elle semble s’être le plus livrée et pour lequel elle est le plus fière. Des sentiments qui se ressentent à chaque morceau de Plastic Hearts. Miley Cyrus semble s’être cherchée pendant plusieurs années avant de trouver son style et suit désormais le même chemin que ses idoles qui l’ont inspirée.

Chronique par Chloé Couly et Lina Labiad.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *