Ce jour-là, le 3 février 1488

Carte du monde réalisée par Johannes d'Armsheim en 1482 inspirée des travaux de Ptolémée au IIème siècle/Wikimedia Commons

Le « Nouveau Monde » a toujours fasciné les grands explorateurs. Magellan, Vasco de Gama, Jacques Cartier, tous ces noms vous sont familiers. Le continent européen étant déjà tout découvert, ces derniers mettent les voiles au-delà de l’Atlantique ou dans l’océan indien. Quatre ans avant la fameuse découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, Bartolomeu Dias est le premier à contourner le Cap de Bonne-Espérance, sans le savoir.

Peinture représentant l’explorateur Bartolomeu Dias/ThingLink

L’expansion Européenne

Au XVème siècle, les Européens avaient une vision étriquée des autres continents, la Méditerranée était leur seul terrain de jeu. Il faut dire que le contexte historique s’y prête : nous sommes un siècle avant la Renaissance, période de sortie de l’obscurantisme du Moyen-Âge.

Les Portugais, les Espagnols et les Italiens sont nombreux à mettre le cap à l’Ouest. Dès le XIVème siècle, Lancelotto Malocello débarque aux Îles Canaries. Cette découverte majeure est celle qui va ouvrir la brèche pour les explorateurs du XVème siècle. Pour en citer quelques-uns, en 1420, João Gonçalves Zarco arrive sur l’île de Madère, en 1444, Dinis Dias découvre le Cap-Vert. Plus tard, ils vont entreprendre des voyages plus longs mais cruciaux (par exemple, le tour du monde de Magellan en 1520-1521). Les Portugais, les Espagnols, les Anglais et les Français sont ceux qui se sont le plus jetés à l’eau pour ces grandes découvertes et explorations.

Carte montrant les quatre principales puissances européennes engagées dans l’exploration des océans et le parcours des principaux explorateurs/Herodote

Cap sur l’Afrique

Bartolomeu Dias est né au Portugal, en 1450. Baigné par son père dans l’univers maritime, il est chargé en 1487 par le roi Portugais Jean II, de poursuivre les explorations de Diogo Cão au large de l’Afrique. Pourquoi cette destination ? Tout simplement parce que le Portugal n’a pas encore dépassé le Golfe de Guinée. Sous l’impulsion de la foi catholique et de Henri le Navigateur, il met les voiles au port de Lisbonne en août 1487. Soucieux que cette exploration est à visée commerciale, il emmène avec lui six Africains qui seront chargés de négocier les échanges commerciaux sur le continent Africain, en plus de deux caravelles et d’un navire ravitailleur. L’aventure commence.

Bartolomeu passe le Cap-Vert découvert par son père en 1444 et le Golfe de Guinée. En passant par ces lieux, il est emprunt d’une profonde fierté et se voit déjà marquer à son tour l’Histoire de son pays mais également du monde. Début 1488, une tempête d’une puissance violente font dériver les navires de Dias vers le sud. En conséquence, il renomme cet endroit le Cap des Tempêtes. Il est contraint de s’arrêter à ce qu’il appelle, le Cap de Saint-Blaise dont il y retient une très mauvaise expérience. Très vite, il se rend compte que devant lui il ne voit plus l’Afrique. Ce qu’il ne sait pas, c’est qu’il vient de contourner le cap de Bonne-Espérance.

Comme il l’avait prévu, il retrouve la terre africaine de l’autre côté. Il décide de remonter vers le Nord et parvient à rejoindre l’Océan Indien. A son retour à Lisbonne, il est acclamé par la foule. Parmi elle se trouve Christophe Colomb. Bartholomé demande au roi de renommer l’endroit où il a stationné, Cabo de Boa Esperança (Cap de Bonne-Espérance), car il a la certitude qu’en allant plus loin, les Indes peuvent être atteintes.

Habitants du Cap de Bonne Espérance, gravure, bibliothèque nationale des Pays-Bas.
Gravure montrant des habitants du Cap de Bonne-Espérance/Herodote

Dias : instigateur

Grâce à cette expédition, Dias va ouvrir la voie aux grandes découvertes, mais aussi inspirer de nombreux explorateurs. La découverte des Indes étant au cœur des préoccupations, Christophe Colomb se lance en 1492. Persuadé d’apercevoir les Terres Indiennes, il découvre l’Amérique. Il faudra attendre 1498 pour qu’elles soient découvertes, avec Vasco de Gama. Au XVIème siècle, Jacques Cartier arrive en Amérique du Nord et aborde ce qu’il renommera, le Canada. Ces explorations ont notamment permis aux colons Anglais d’y établir des colonies en Amérique, dès 1620. Rapidement, ces contrées vont devenir des enjeux économiques et commerciaux, et des empires coloniaux vont se former.

Cependant il faut nuancer : la colonisation n’a pas que des bienfaits. Par exemple, après la découverte de Christophe Colomb, les colons Espagnols ont décimé la population Arawak de l’ile d’Hispaniola (actuelles Haïti et République Dominicaine), en les réduisant à l’esclavage ou bien en les massacrant. A titre de comparaison, en 1515 les Arawaks étaient 50 000 sur l’île, et après l’arrivée des Espagnols, plus que 500 en 1550 jusqu’à être totalement éteinte en 1615.

Planisphère de Waldseemüller datant de 1507, sur lequel on y voit pour la première fois la mention America/Wikimedia Commons

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *